Des courriers de retard de paiement de cotisations ont été envoyés à des personnes non-affiliées. Une erreur liée à un bug informatique. Solidaris présente ses excuses aux personnes concernées et les invite à ne donner aucune suite au courrier reçu. Plus d’infos

Province de Namur

Choix de région

​Prévention du suicide : tout le monde peut jouer un rôle

Pour sauver des vies, vous pouvez devenir une « sentinelle » en participant à une courte formation


Selon les derniers chiffres disponibles, 1.782 Belges se sont donné la mort en 2018. C’est 59 de plus que l’année précédente. On recense donc près de 5 suicides chaque jour en Belgique. Un acte davantage posé par les hommes (1.277) que les femmes (505). En Wallonie, 686 suicides ont été recensés en 2018 contre 612 l’année d’avant.

Le suicide est d’ailleurs la première cause de décès chez les 15-44 ans. C’est la cinquième cause chez les 45-64 ans, la septième chez les 1-14 ans et la neuvième chez les 65-84 ans. En comparaison avec la moyenne des autres pays européens, la Belgique fait même partie des mauvais élèves en matière de suicide.

Ces données qui dénoncent un mal-être profondément enfoui dans notre société ont poussé l’asbl « Un pass dans l’impasse », un centre de prévention du suicide et d’accompagnement (Réseau Solidaris), à agir par la mise en place d’un dispositif unique en Belgique et particulièrement innovant : le Réseau de sentinelles en prévention du suicide. « Les objectifs sont clairs : diminuer le nombre alarmant de décès par suicide en Wallonie en facilitant la détection des personnes en détresse suicidaire et en rendant plus accessible l’offre de service », explique  Thomas Thirion, administrateur délégué de l’asbl

  • Une sensibilisation de 3 heures

Mais qu’est-ce qu’une sentinelle ? Il s’agit d’une personne volontaire, qui n’est pas un professionnel de la santé, formée à détecter une personne en détresse suicidaire. La sentinelle fait donc office de lanceur d’alerte vers le service compétent qui met en place une aide psychologique proactive auprès de la personne en détresse. « Que vous soyez père, mère, étudiant, banquier, éducateur, retraité… quel que soit votre profil, vous pouvez devenir une sentinelle et prévenir le suicide d’une ou plusieurs personnes », note Thomas Thirion. « Pour endosser ce rôle de lanceur d’alerte, rien de plus simple. Il faut s’inscrire via l’adresse mail contact@info-suicide.be et suivre une sensibilisation de trois heures. Celle-ci est entièrement gratuite, ouverte à tous et se fait en visio-conférence ».

« Plus on comptera de sentinelles en Wallonie, plus les chances de réduire le nombre de suicides seront grandes. Beaucoup l’ignorent mais le suicide reste la première cause de décès chez les 15-44 ans », ajoute-t-il.

  • Etre un lanceur d’alerte

Cette sensibilisation ne propose pas d’outil théorique et pratique pour accompagner une personne en détresse suicidaire mais bien les premières pistes pour détecter et orienter cette personne. « Le formateur apporte une série d’outils aux participants comme les mots à employer avec une personne en détresse et comment détecter la tendance suicidaire. Une fois sentinelles, ils pourront ainsi envoyer une alerte auprès de notre asbl « Un pass dans l’impasse » afin de diriger la personne en détresse vers une aide appropriée », poursuit Thomas Thirion.

Depuis la toute récente naissance de ce réseau, en 2020, 171 citoyens ont déjà franchi le pas et sont devenus des acteurs de prévention de suicide. D’un autre côté, 116 psychologues ont adhéré au dispositif afin de prendre en charge les personnes qui en ont besoin.


Laurence Briquet - SudPresse - 04/09/2021


A noter : plus d’infos sur contact@info-suicide.be ou au 081/ 777. 877