Pro Santé

Aidants proches : 75,34% sont des femmes

En cette semaine d’actions et d’interpellations au sujet des aidants proches en Wallonie et à Bruxelles, les Femmes Prévoyantes Socialistes publient leur nouvelle étude « Aidant·e·s proches : tour d’horizon dans une perspective de genre ». 


Par cette étude d’éducation permanente, les Femmes Prévoyantes Socialistes (FPS) souhaitent apporter un regard singulier sur la thématique des aidants proches, en démontrant l’importance de prendre en compte la dimension de genre sur ce thème. « Sur les 7 premiers mois de l’année 2021, 75,34% des personnes ayant bénéficié du congé d’aidant proche (avec allocation) sont des femmes. Le déséquilibre femmes-hommes se marque également dans la prise du congé pour assistance médicale et pour soins palliatifs », explique Laudine Lahaye, chargée d’études FPS. 

Quels facteurs peuvent expliquer cet investissement majeur des femmes dans le« prendre soin » d’autrui ? « Nous épinglons trois facteurs. Il y a d’abord les attentes envers les femmes à pouvoir « prendre soin » (et dès lors cette non-attente vis-à-vis des hommes) qui sont forgées dès l’enfance, par la socialisation genrée. Ensuite, les personnes en situation de handicap, de maladie ou de vieillesse ne possèdent pas, ou du moins possèdent différemment, les capacités valorisées par le modèle de la masculinité dominante, comme la force physique et mentale, l’esprit d’entreprendre, la détermination, la persévérance ou l’imperturbabilité. Les femmes, en tant qu’aidantes , «récupèrent» à leur charge toutes les personnes qui ne correspondent pas à ces normes dominantes. Par ailleurs, le montant de l’allocation compensatoire pour le congé aidant proche est de 765,33€ net par mois pour les travailleurs cohabitants. Ce faible montant n’est pas propice à impliquer les hommes dans ce rôle car il leur sera rarement rentable de préférer cette allocation à leur salaire. Ce montant contribue à maintenir les femmes dans le sacrifice de leur carrière et l’appauvrissement économique », note encore Laudine Lahaye.

  •  Quelles mesures de soutien entreprendre ?

Les FPS émettent également quelques recommandations comme une adaptation des horaires, une réduction du temps de travail, le télétravail, l’octroi de jours de congé spécifiques comme le congé aidant proche ou encore la création d’un livret de ressources qui sont autant d’actions proactives et ciblées que le monde du travail pourrait adopter pour faciliter l’articulation vie privée/vie professionnelle des aidantes. 

« Le proche aidé, tout comme l’aidant proche, doit disposer des conditions suffisantes pour opérer un choix réel et éclairé : celui de rester chez soi et de bénéficier d’une aide à domicile ou de faire appel à un centre résidentiel, celui d’être aux côtés de la personne aidée ou de passer le relais à des professionnels. Cela implique un refinancement du secteur non-marchand mais aussi des mesures sociales fortes, comme l’augmentation des montants des pensions et le rehaussement des allocations sociales au-dessus du seuil de pauvreté », conclut Laudine Lahaye.


Laurence Briquet - 02/10/2021 - SudPresse