Solidaris encourage ses affiliés à se faire vacciner contre le coronavirus. Vous avez des questions concernant la vaccination ? Vous avez reçu une invitation pour une dose supplémentaire de vaccin ? Nous sommes à votre écoute dans nos agences. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site jemevaccine.be. Retrouvez également votre Covid Safe Ticket sur le portail Masanté.

Pro Santé

Pourquoi la consommation médicale est-elle inférieure à Bruxelles ? (10/03/2014)

Des analyses réalisées par l’ISP et l’INAMI expliquent partiellement la sous-consommation relative en soins de santé de Bruxelles, par rapport aux autres régions, par les caractéristiques socio-économiques de sa population et son caractère urbain.

Dans son rapport sur la géographie de la consommation médicale, l’Institut National de l’Assurance-Maladie Invalidité (INAMI) a mis en évidence d’importantes variations régionales au niveau des dépenses de santé, Bruxelles ayant une consommation inférieure aux autres régions.

L’Institut Scientifique de Santé Publique (ISP) et l’INAMI ont tenté d’expliquer ces disparités régionales.

L’ISP a recherché des facteurs explicatifs au sein des facteurs individuels. Le pays de naissance, mais aussi la proportion de jeunes et de personnes seules, expliquent partiellement la proportion plus élevée de « non consommateurs » (qui n’ont consommé aucun soins de santé au cours de la période étudiée) à Bruxelles, en particulier pour les médicaments remboursés. La proportion relativement faible de « grands consommateurs » serait partiellement liée à la structure d’âge de la population bruxelloise. Ces facteurs n’expliquent toutefois pas entièrement les disparités régionales.

L’INAMI souligne qu’une partie des divergences résulte du caractère urbain de Bruxelles. Les écarts étant nettement moins importants lorsque l’on compare Bruxelles à des grandes villes flamandes (Anvers, Gand) ou wallonnes (Liège, Charleroi).

Ces analyses donnent des pistes d’explication des différences régionales de consommation de soins de santé, mais n’expliquent toutefois pas totalement les écarts.

Françoise De Wolf