Solidaris encourage ses affiliés à se faire vacciner contre le coronavirus. Vous avez des questions concernant la vaccination ? Vous avez reçu une invitation pour une dose supplémentaire de vaccin ? Nous sommes à votre écoute dans nos agences. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site jemevaccine.be. Retrouvez également votre Covid Safe Ticket sur le portail Masanté.

Pro Santé

Les Belges donnent la préférence aux traitements améliorant la qualité de vie (28/01/2015)

Le KCE a mené une enquête auprès de 4.500 Belges afin d’étudier les préférences de la population belge en matière de remboursement des soins de santé. Il en ressort que le Belge accorde une plus grande importance à la qualité de vie en cas de maladie plutôt qu’à un allongement de la seule espérance de vie.

En Belgique, c’est le ministre de la santé qui décide du remboursement d’un nouveau traitement sur base d’avis rendus par les experts des commissions de l’INAMI. Pour ce faire, ces derniers tiennent compte d’études scientifiques et délibèrent sur la valeur ajoutée du nouveau traitement pour les patients et la société en examinant une série de critères (sécurité d’utilisation, efficacité, amélioration en terme de qualité de vie ou d’espérance de vie des personnes malades...). Jusqu’à présent, selon le Centre fédéral d’expertise de soins de santé (KCE), les préférences des citoyens ne sont pas intégrées dans la réflexion. Par conséquent, les décideurs politiques sont souvent amenés à faire des choix en fonction de ce qu’ils jugent être dans l’intérêt des citoyens.

Or, il est essentiel d’impliquer le citoyen dans ce processus de décision pour davantage de transparence et légitimer les décisions. C’est pourquoi le KCE a mené une enquête auprès de 4.500 Belges afin d’étudier les préférences de la population belge. L’objectif n’est pas de remplacer le système actuel de décision en matière de remboursement de soins de santé mais bien d’aider les décideurs pour qu’ils puissent tenir compte des informations sur l’importance relative que les citoyens accordent à certains avantages et inconvénients d’un nouveau traitement.

Il en ressort que le Belge accorde une grande importance à la qualité de vie en cas de maladie, par rapport à un allongement de la seule espérance de vie. En effet, les citoyens estiment que la priorité doit être donnée pour les traitements des maladies qui ont un impact important sur la qualité de vie, puis à celles dont le traitement existant occasionne beaucoup d’inconfort, et seulement ensuite à celles qui ont un impact négatif sur l’espérance de vie.

D’autres questions portaient sur des critères tels que la fréquence ou la rareté d’une maladie, les coûts des traitements ou encore la valeur ajoutée d’un nouveau traitement par rapport à un traitement existant. Dans leurs réponses, les citoyens ont pris en compte les coûts des traitements pour la société (prix du traitement, incapacité de travail liée à la maladie, etc.).
 
Enfin, une série d’autres questions plus délicates, comme celle de savoir si les personnes qui fument, ne font pas de sport ou s’alimentant mal doivent prendre en charge une plus grande part de leurs frais de santé, ne sont pas analysées dans cette enquête mais font l’objet d’une étude menée en parallèle par la Fondation Roi Baudouin.

Plus d’infos :
http://kce.fgov.be/fr/publication/report/comment-prendre-en-compte-les-pr%C3%A9f%C3%A9rences-des-citoyens-dans-la-d%C3%A9cision-de-rembou

Leila Maron