Province de Namur

Choix de région

Solidaris : Un oui mais…. au cadre pluriannuel pour les pharmaciens d’officine

La ministre de la Santé Maggie De Block et les pharmaciens d’officine ont signé  un cadre pluriannuel. 
 
Selon Solidaris, ce cadre comporte globalement des éléments très favorables au patient. Il dessine les contours d’un rôle mieux reconnu pour le pharmacien en tant qu’acteur de première ligne très accessible, mieux intégré dans l’équipe de soins pour les patients chroniques. Il participera aussi à l’accès au patient aux services digitaux (pour l’autogestion notamment) et autres (comme la préparation de médication individuelle à domicile) dont il a besoin aujourd’hui. La garde sera également rémunérée de manière plus équitable via un honoraire de disponibilité indépendant du nombre de visiteurs nocturnes, avec une réduction du seuil financier pour le patient.
 
Pour Solidaris,  l’élément clé de ce cadre est le développement d’un nouveau rôle pour le pharmacien d’officine en tant qu’acteur de santé de première ligne. Il  pourra dorénavant être choisi comme « pharmacien de référence » par le patient souffrant de maladie chronique. Le « pharmacien de référence » aura un rôle actif dans le suivi de la médication du patient, notamment par la tenue d’un schéma de médication, outil indispensable à un bon suivi pharmaceutique.
 
Solidaris soutient l’évolution plus globale du rôle du pharmacien comme acteur clé de prévention et d’orientation de la première ligne. Cependant, Solidaris s’inquiète d’une dérive potentielle vers une détection en contradiction avec les objectifs de santé publique que certains pharmaciens pourraient promouvoir. La vente libre de test HIV par les pharmacies est notamment particulièrement critiquable étant donné l’encadrement important nécessaire pour ce genre de dépistage.
 
Pour Solidaris, le cadre pluriannuel contient d’autres éléments en totale contradiction avec les soins pharmaceutiques que le pharmacien doit prodiguer au patient, à savoir la possibilité de vente en ligne pour les médicaments prescrits et la possibilité de déléguer à un tiers la fabrication des préparations magistrales.
 
Solidaris souligne que la vente par internet de médicaments prescrits, même si le cadre prétend que ce sera fait en respectant l’objectif d’augmentation de la qualité des soins, ouvre la porte à une pharmacie purement commerciale incompatible avec un bon suivi du patient.  L’extrême prudence par rapport à l’achat de médicaments (très souvent contrefaits) via internet risque d’être affaiblie par cet accès officiellement autorisé. Puisque les organismes assureurs ne sont pas directement impliqués dans les discussions sur les législations relatives à ce sujet, Solidaris demande, pour la cohérence de la réforme envisagée, d’être consulté.
 
La fabrication des magistrales en dehors d’une pharmacie est également une libéralisation qui risque de nuire à la plus-value du travail sur mesure que représente une magistrale. Et là aussi Solidaris demande d’être impliqué.

Contacts presse :