Province de Namur

Choix de région

Protéger son cœur en 4 étapes

Les maladies qui affectent le cœur et les vaisseaux sanguins sont la première cause de mortalité en Belgique. Elles représentent 31.000 décès par an. Comment préserver et entretenir ce muscle d’environ 250 grammes ?

 

Le cœur. Un muscle qui bat près de 100 fois par minute. En Belgique, pour 11 millions d’habitants, on dénombre 31.000 décès par an dus aux maladies cardio-vasculaires dont 9.500 AVC, 8.000 infarctus et 6.000 insuffisances cardiaques. Comment pourrait-on éviter cela ?

D’abord, il faut savoir que la santé cardiovasculaire est déterminée par plusieurs éléments. « L’âge, d’abord », explique Aline Gaschen, coordinatrice prévention au Service Promotion de la santé de Solidaris. « Plus l’organisme vieillit, plus il est exposé aux tracas cardiovasculaires. Ce n’est évidemment pas un passage obligé mais le risque est augmenté. Le sexe est aussi déterminant. Avant l’âge de la ménopause, les femmes sont normalement protégées grâce à leurs hormones sexuelles. Cependant, cette protection peut être affaiblie par certains facteurs (la contraception, de mauvaises habitudes de vie). Passé ce stade, le risque augmente chez les femmes et reste constant chez les hommes ».

Attention aux antécédents

N’oublions pas les antécédents familiaux et personnels. Avoir déjà eu un événement cardiovasculaire ou avoir dans sa famille directe (père, mère, frère ou sœur, grand-père ou grand-mère) des personnes qui ont eu une maladie de cœur augmente le risque d’avoir un problème cardiaque avant 65 ans. Et puis, last but not least, ajoutons les habitudes de vie. Stress, tabac, alcool, sédentari, alimentation déséquilibrée influencent l’état de santé général et cela vaut évidemment pour le cœur. Difficile de modifier l’âge, le sexe ou encore les antécédents familiaux. « Les habitudes de vie sont les seuls éléments sur lesquels nous avons un pouvoir de changement. Et, bonne nouvelle, celles-ci ont un réel impact sur votre santé et particulièrement sur celle de votre cœur. En effet, en changeant ses habitudes de vie il est possible de prévenir jusqu’à 80 % de ces maladies, d’éviter leur récidive ou leur aggravation », ajoute Aline Gaschen.

Plus facile à dire qu’à faire

Quatre habitudes de vie peuvent jouer sur votre cœur. Il y a d’abord le tabac : fumer accélère le rythme cardiaque, augmente la pression sanguine et diminue le taux d’oxygène dans le sang. Une mauvaise alimentation (cholestérol, trop de graisses, de sel ou de sucre…) représente aussi une menace pour le cœur. Autre élément, l’exercice physique : le cœur est un muscle et, pour garder la forme, il a besoin d’entraînement. Enfin, relâcher la pression et gérer son stress, c’est aussi tout bon pour le cœur.

Laurence BRIQUET – Sud Presse – 28/09/2019

Un petit défi chaque mois

Nous ne sommes donc pas tous égaux dans nos capacités à modifier nos habitudes de vie, même si nous en éprouvons l’envie : les conditions de vie (logement, revenus, mobilité…) et l’offre disponible (services, infrastructures, professionnels compétents et accessibles…) impactent directement nos possibilités de faire des choix sains. Alors, comment faire ? Changer un tout petit quelque chose, et s’y maintenir, peut déjà procurer une grande fierté. Solidaris propose de vous lancer un petit défi, sur un mois. « Lancez-vous un défi qui vous semble réaliste pour commencer, c’est un premier pas vers une meilleure santé de votre cœur. Visitez le site www.santeducoeur.be​ pour découvrir nos différentes activités proches de chez vous. N’hésitez pas aussi à en parler avec votre médecin qui pourra vous soutenir et vous orienter au mieux », ajoute Annick Gaschen.