Brabant Wallon

Choix de région

Solidaris – Mutualité Socialiste dénonce la confiscation par le gouvernement de la concertation sociale

Chaque année, le Conseil général de l’Inami (composé de 5 représentants du Gouvernement fédéral, de 5 représentants des employeurs, de 5 représentants des travailleurs et de 5 représentants des organismes assureurs) est tenu d’établir le budget annuel de l’assurance soins de santé.

Pour ce faire, le Conseil général se prononce sur une proposition de budget qui lui est faite par le Comité de l’assurance de l’Inami, au sein duquel siègent, en nombre égal, les représentants des organismes assureurs et des dispensateurs de soins.

Ce mode de fonctionnement permet d’assurer une saine gestion paritaire des budgets de soins de santé par l’ensemble des acteurs du secteur et ce, dans l’intérêt des patients.

Cependant, le Gouvernement nouvellement mis en place semble vouloir remettre en cause ce principe fondateur de la concertation sociale.

Ce lundi, à 10h, le Conseil général se réunira en effet afin de prendre attitude à l’égard du budget 2015 pour les soins de santé. Pour la première fois, cette réunion ne portera pas sur une proposition du Comité de l’assurance mais bien sur un projet de budget confectionné par le Gouvernement lui-même ! Qui plus est, ce projet de budget 2015 ne sera remis aux partenaires sociaux qu’au cours de la réunion elle-même, rendant impossible toute analyse pertinente des données chiffrées que le Gouvernement avancera.

Le Secrétaire général de Solidaris – Mutualité Socialiste, Jean-Pascal Labille, entend dénoncer ce qui s’apparente à une farce. « Alors que, sur les plateaux de télévision, le Gouvernement ne semble avoir que le mot « concertation » à la bouche, dans les faits, on constate qu’il en va tout autrement », dénonce M. Labille. « En l’occurrence, ce que le Gouvernement entend faire ce lundi équivaut à museler purement et simplement les partenaires sociaux et constitue une rupture importante avec notre modèle social belge. En empêchant les acteurs des soins de santé d’analyser comme il se doit le projet de budget 2015, le Gouvernement contribue à faire des soins de santé une variable d’ajustement de son assainissement budgétaire, au détriment bien évidemment de l’ensemble des patients du pays. C’est là un grave précédent que ne peut tolérer Solidaris – Mutualité Socialiste. »

Aussi, Jean-Pascal Labille invite-t-il le Gouvernement à joindre la parole aux actes en daignant respecter l’ensemble des acteurs des soins de santé parmi lesquels se trouvent les patients eux-mêmes. Ce n’est qu’à cette condition que nous parviendrons à préserver ce qui constitue la priorité première de Solidaris – Mutualité Socialiste : l’accessibilité et la qualité des soins pour tout un chacun.

 

Plus d’infos ?
Claire Huysegoms – Porte-parole de Solidaris – Mutualité Socialiste – 0479/61.67.81