Province de Luxembourg

Choix de région

Votre travail vous détruit ? Venez en discuter avec les Workaholic Anonymes

Pour ceux qui ont une relation difficile au travail, il existe un groupe d’entraide qui accueille, suggère et guide sans jugement.


 
 

« J’ai vécu un burn out en 2006 », confie Hélène, fondatrice du groupe Workhaholic Anonymous (WA), à Liège. « Cela ressemblait à un blocage, un ras-le-bol. Je ne voulais plus qu’on me parle « travail » et malgré tout, j’étais très mal à l’aise dans cette situation, je me sentais honteuse de ne plus travailler, voire même « coupable » d’avoir fait quelque chose de travers pour en arriver là. Des visites chez les psy m’ont aidée à parler mais j’avais difficile d’avancer et d’accepter ma situation qui avait du mal à s’améliorer. Jusqu’au jour où j’ai trouvé sur internet le site des Workaholic Anonymes en France. J’ai pris contact avec les WA américains et de, fil en aiguille, les choses se sont mises en place », ajoute-t-elle.

En 2013, elle décide de créer un groupe d’entraide à Liège. « Aujourd’hui, mes journées sont beaucoup plus équilibrées, le travail et les activités ont repris une place plus naturelle dans mes journées. Je ne me sens plus obsédée par le travail (et le manque de travail) ou par les activités (ou le manque d’activités) à tout prix. La pression a diminué », note encore Hélène.

Dépendance au travail

D’autres personnes prennent part à ces réunions. « Bonjour, je m’appelle Viviane (prénom d’emprunt) et je suis dépendante au travail. Voilà une phrase que je n’aurais jamais pensé prononcer. J’ai 43 ans et je n’ai pratiquement jamais travaillé ! Grâce à WA, j’ai découvert que si j’étais incapable de regarder une offre d’emploi sans attraper une migraine carabinée, c’est parce que je ne me respecte absolument pas quand je travaille », confie-t-elle.

Jessica (prénom d’emprunt) est aussi Workaholic. « J’ai fini par faire un burn-out. Je me suis retrouvée hors de moi pour de bon et là, j’ai eu la chance de rencontrer des humains qui, comme moi, avaient dépassé les limites de leur cerveau accroché à une idée de perfection ».

Quant à Nathalie (prénom d’emprunt), elle est également passée par un passage à vide avant de rencontrer le groupe. « Avant WA, j’étais désespérée et malheureuse, je ne voyais que des complications et problèmes, au travail et dans ma vie privée, à cause du travail. Travailler plus et plus pour résoudre les problèmes n’était pas la solution mais je ne le voyais pas. Immédiatement, avec le groupe d’entraide, je ne me suis plus sentie seule et je voyais la possibilité d’un autre mode de vie que je pouvais pratiquer chaque jour ».

D’inspiration américaine

Workaholic Anonymes (WA) est issu des Workaholic Anonymous, une association créée en 1983 à New York. Ses fondateurs, s’inspirant de l’expérience qui donna naissance aux Alcooliques Anonymes, décidèrent de créer ce mouvement afin de s’entraider dans leurs efforts pour ne plus souffrir de leur relation au travail. « Les personnes qui participent aux réunions des WA souffrent d’une relation difficile au travail. Il peut s’agir d’une relation de compulsion (versant boulimique), d’une difficulté extrême à aborder le travail (versant anorexique), de la sensation douloureuse de ne pas être à sa place… dans tous les cas, il s’agit d’une souffrance, de mal-être. Boulimie et anorexie se révèlent souvent être les deux symptômes opposés d’une même souffrance », précise encore la littérature WA traduite en français et reprise en français sur le site des Workanonymes.

Les réunions sont une source de soutien. « Notre souci est de rester centrés sur la solution », conclut Hélène.

Apparemment, le groupe liégeois serait est le seul actuellement en Belgique. Le prix est libre, c’est-à-dire que chacun donne ce qu’il veut. Le but est que cela soit accessible à tout le monde. Il se réunit au Centre Hospitalier de la Citadelle, à Liège, le jeudi 19h30 à 21h. Il y a également une réunion Zoom, le lundi de 19h30 à 20h30, heure belge (https://zoom.us/j/5571460563), numéro de réunion : 557 146 0563.

​​​​​​​​Laurent BRIQUET - Sud Presse - 05/10/2019


À noter : plus d’infos via la page www.facebook.com/workaholiques. anonymes ou par téléphone au 0496/107815.

 

En version papier ou électronique: Un guide des groupes d’entraide en Wallonie et à Bruxelles

Les Workaholic Anonymes (WA) sont un exemple des groupes d’entraide et de soutien qui existent à Bruxelles et en Wallonie.

Solidaris les recense régulièrement et les édite dans un inventaire dont la version 2019-2020 est sortie. Cet « Inventaire des groupes d’entraide et de soutien en Fédération Wallonie-Bruxelles » répertorie une liste de plus de 200 associations travaillant sur des thématiques aussi diverses que les acouphènes, allergies, insuffisances rénales, maladies rares, handicaps visuel, moteur ou auditif, handicap mental, deuil, suicide…

La version papier de cet inventaire est à destination des professionnels de la santé, du psychologique et du social. Le grand public peut avoir accès à la base de données sur le site www.groupes-entraide.be. Un moteur de recherche simple et efficace permet de trouver rapidement le groupe adéquat. Pour obtenir un exemplaire de l’inventaire (réservé aux professionnels) ou pour toute autre information, écrivez un mail à entraide@solidaris.be.