Province de Luxembourg

Choix de région

La réalité augmentée au service de la prévention

Tout au long de l’été, Solidaris mènera des actions de prévention sur les principaux festivals (Ardentes, Francofolies, Ronquières, So W’Happy, Summer Music Festival, le Park Rock festival, Scène-sur-Sambre et bien sûr, Les Solidarités) mais aussi sur de plus petits évènements. L’occasion d’utiliser la réalité augmentée pour lutter contre les Infections Sexuellement Transmissibles (IST).

 
L’insouciance estivale, le plaisir des vacances ou encore l’alcool peuvent entrainer les jeunes et moins jeunes à adopter des comportements à risques. Il est impératif de leur rappeler les gestes simples de prévention non seulement en ce qui concerne les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) mais aussi les risques auditifs. Les IST sont encore bel et bien présentes et certaines deviennent même très difficiles à traiter. Selon l’OMS, chaque jour, plus d’un million de personnes contractent une IST à travers le monde.
« Aujourd’hui, plus que jamais, il est indispensable de continuer notre travail de prévention », explique Coralie Solheid, chargée de projets communication chez Solidaris. « C’est ce que Solidaris proposera via ses stands de prévention en festival. La question que nous soumettons aux festivaliers est la suivante : est-ce qu’un rapport sexuel non protégé en vaut vraiment la peine ? Des mois de traitement, voire des années ? Nous sommes là pour leur rappeler qu’il est possible de s’amuser tout en se protégeant. Nous travaillons d’ailleurs en collaboration avec Les Centres de Planning Familial des FPS qui proposent notamment des explications quant à la pose d’un préservatif », ajoute-t-elle.

Remboursement des préservatifs
La mutualité veille également à écarter la question financière en distribuant gratuitement des préservatifs sur ses stands mais aussi en les remboursant toute l’année à ses affiliés ( jusqu’à 50 euros par an).

« Nous distribuons également des bouchons d’oreilles afin de sensibiliser les jeunes aux risques auditifs en festivals. Revenir d’un festival avec des acouphènes (bruits persistants dans l’oreille) n’est pas rare. Heureusement, les acouphènes peuvent disparaitre après quelques heures mais malheureusement, ils peuvent aussi durer toute une vie. Il existe aujourd’hui des bouchons d’oreilles qui permettent d’entendre parfaitement les concerts tout en protégeant l’oreille des bruits trop agressifs. Là aussi, ils sont gratuitement distribués sur les stands Solidaris », précise encore Coralie Solheid.

Le plus de 2019

Cette année, Solidaris a décidé de mettre la technologie au service de la prévention. « Nous avons, en effet, développé une application de réalité augmentée qui sera testée au Ronquières Festival et aux Solidarités. Son nom : Captain Capote ». Les festivaliers sont invités à télécharger l’application et partir à la recherche des IST qui se cachent sur les festivals. C’est une sorte de « Pokemon Go » axé sur la santé sexuelle. Pour détruire les IST, présentées en réalité augmentée, qu’ils trouveront sur leur chemin, les joueurs sont invités à récolter des munitions, sous forme de préservatifs virtuels. Lorsqu’une IST est détruite, un message d’information apparaît, les informant sur l’infection en question et les moyens de s’en prémunir. Enfin, ils peuvent, à tout moment, se prendre en photo au travers d’un filtre de super héros et la partager sur les réseaux sociaux. En parallèle, des préservatifs masculins et féminins sont distribués ainsi que des badges correspondant au niveau atteint dans le jeu.

Sensibiliser les jeunes

« Notre objectif est clairement la sensibilisation des plus jeunes via un outil ludique et en phase avec leur réalité et les moyens de communication actuels. La prévention ne prend jamais fin, dès qu’on lâche du lest, le nombre d’infections repart à la hausse, surtout chez les plus jeunes. Le manque d’information peut en être la cause mais pas seulement. Certaines craintes peuvent exister. Je ne sais pas mettre un préservatif donc je crains la réaction de mon/ma partenaire, que faire si mon/ma partenaire ne veut pas utiliser de préservatif, est-ce que j’aurai moins de plaisir… Autant de questions qui peuvent apparaitre et auxquelles l’application répond. Le  personnel des Centres de Planning Familial est également présent sur les stands afin de répondre à toutes les questions que les festivaliers pourraient se poser », conclut-elle.

Le grand plus de l’application repose sur son caractère durable. Elle ne sera pas désactivée après les festivals. Les acteurs de terrain chargés de prévention comme les Centres de Planning Familial pourront continuer à l’utiliser pour poursuivre le travail de sensibilisation après l’été.

​​​​​​​​Laurence BRIQUET - Sud Presse - 29/06/2019