Mons - Wallonie Picarde

Choix de région

Etude Solidaris : Le coût d’un séjour en maison de repos : difficilement supportable pour nos aînés

Début 2016, Solidaris a publié sa première étude sur le coût des maisons de repos en Belgique. L’étude 2017 confirme les constats de 2016 : le coût des maisons de repos varie considérablement entre les régions/provinces mais aussi au sein d’une zone géographique, selon le type de gestionnaire de l’établissement, la catégorie de chambre occupée par le résident, etc. La majorité des Belges ne dispose pas de revenus suffisants pour couvrir le coût d’un séjour en maison de repos. Face aux évolutions démographiques, l’enjeu est donc d’assurer une offre de lits et services en maison de repos qui répond à l’évolution des besoins, qui reste abordable et de qualité. 
 
Pour Solidaris, le coût des maisons de repos et leur accessibilité pour les personnes âgées dans chacune des entités fédérées restent des points d'attention cruciaux. Pour rappel, suite à la 6e réforme de l’Etat, chacune des entités fédérées élabore, depuis janvier 2015, sa propre politique en matière de financement et de régulation des prix en maisons de repos. L’étude 2017 actualise les résultats de l’étude publiée au début de l’année 2016​ avec les dernières données disponibles. Cette étude se base sur quelque 3.042 notes de frais individuelles des affiliés de la mutualité Solidaris au 1er semestre 2016. 

L’étude 2017 confirme les constats de 2016 : le coût des maisons de repos varie considérablement entre les régions/provinces mais aussi au sein d’une zone géographique, selon le type de gestionnaire de l’établissement, la catégorie de chambre occupée par le résident, etc. En outre, nous observons une tendance des prix à la hausse en fonction du type d’institution et de la région. 
 
Ainsi, une personne en maison de repos débourse, en moyenne, 1.562 € par mois dont 1.453 € de prix d’hébergement et 109 € de « frais annexes » (frais supplémentaires liés à des demandes du résident et qui reflètent sa consommation). 
Le prix d’hébergement représente donc 93% des frais totaux et varie fortement en fonction de trois facteurs :
  1. La situation géographique :  c’est en Flandre que le coût d’hébergement est le plus élevé (1.559 €), suivi de Bruxelles (1.475 €) et la Wallonie où les résidents paient le moins cher (1.306 €). Le coût d’un séjour en maison de repos en Flandre est ainsi, en moyenne, 5,6% supérieur comparativement à Bruxelles et 19% supérieur comparativement à la Wallonie. Un résident paiera par exemple en moyenne 1.671 € à Anvers et 1.219 € dans la province du Hainaut. Depuis 2014, les prix semblent avoir plus fortement augmenté à Bruxelles et ainsi rattraper les prix en Flandre. 
  2. Le type d’institution :  il existe trois types de gestionnaire de maisons de repos en Belgique avec des prix sensiblement différents : comme en 2014, le secteur public affiche un prix d’hébergement moyen plus bas (1.390 €/mois) que dans le privé (1.450  €/mois) et dans le secteur associatif (1.520 €/mois).
  3. La catégorie de chambre : sans surprise, le prix est plus cher en chambre individuelle : il est de 1.504 € contre 1.262 €/ mois dans les chambres doubles et 1.187 €/mois dans les chambres communes.
Un autre constat interpellant de cette étude Solidaris est l’importance des « frais annexes » joints à la facture finale du résident en maison de repos. Même s’ils ne représentent, en moyenne, « que » 109 €/mois, les frais annexes peuvent s’élever jusqu’à plus de 351€ par mois. Il s’agit concrètement de frais de (para)pharmacie et de frais liés à des services tels que la pédicurie, la blanchisserie, les boissons, le coiffeur, les activités spécifiques, etc.  Force est de constater que le détail des prestations reprises sur cette partie de la facture reste très floue.

Cette étude pointe aussi un problème fondamental : plus de la moitié des personnes âgées en Belgique n’ont pas assez de revenus pour payer leur séjour en maison de repos. Leur revenu total disponible est, en moyenne, de 1.353 €/mois alors que le coût moyen d’un séjour en maison de repos est de 1.562 €. Autrement dit, il leur manque en moyenne 209 €/mois. Et pour les 5% des résidents ayant les revenus disponibles les plus faibles, il leur manque 554 €/mois. 

Comme nous l’avions déjà montré en 2014, la facture s’explique principalement par le prix d’hébergement. Celui-ci reste particulièrement élevé et on observe clairement une tendance des prix à la hausse en fonction du type d’institution et de la région (il en est de même au niveau des provinces). La tendance à la hausse semble plus prononcée dans le secteur commercial et être moindre dans le secteur public, quelle que soit la région. Cette tendance à la hausse n’est observée que pour le coût d’hébergement en chambre particulière, et pas pour les frais annexes. 

Recommandations concrètes 
Premièrement, Solidaris met à disposition son expertise en la matière tout en plaidant pour une véritable politique de régulation des prix dans les maisons de repos, ce qui suppose :

  1. ​​Un cadastre précis et permanent du prix d’hébergement et des frais annexes facturés en maison de repos :
    • La transmission électronique obligatoire aux mutualités des notes de frais individuelles des résidents.
    • Une facture transparente reprenant l’ensemble des frais.;
    • Une publication claire et standardisée des prix, largement accessible au public
  2. ​Un meilleur encadrement du prix d’hébergement dans les maisons de repos ; en particulier le « premier prix » d’hébergement et son augmentation doivent être davantage déterminés sur base de critères objectifs ;
  3. Un renforcement de la sécurité tarifaire pour le résident : Solidaris propose que le prix de base couvre obligatoirement tous les frais indispensables à la vie quotidienne en société ;
  4. Le maintien du  mécanisme de programmation des lits en Wallonie et d’étendre ce principe à Bruxelles : Solidaris plaide pour une continuité au niveau de la programmation des lits en prévoyant la répartition des lits entre secteur public (29%), secteur associatif (21%) et secteur commercial (50%).
Deuxièmement, Solidaris plaide pour des mesures permettant d’assurer que chaque personne âgée puisse bénéficier d’un accompagnement adapté à ses besoins et, notamment, à une offre de services en maisons de repos qui soit de qualité et reste abordable. Ceci doit passer par :
  • La mise en place d’une assurance autonomie en Wallonie et à Bruxelles ;
  • Un véritable pouvoir d’achat des personnes âgées, qui suppose un niveau correct des pensions ;
  • Une évaluation de la qualité et du bien-être des résidents en maison de repos ;
  • Une politique innovante qui diversifie l’offre en fonction des besoins. 
Plus d'infos