Mons - Wallonie Picarde

Choix de région

Budget 2018 de l’assurance maladie : un budget d’austérité

Le Comité de l’assurance a approuvé l’avis sur le budget 2018 de l’assurance maladie. Ce budget, s’il est validé par le Conseil général début octobre, imposerait une économie de 237,9 millions € en 2018. Les prestataires de soins ont toutefois soutenu cette proposition qui préserve l’indexation d’1,68% de leurs honoraires. Quant aux mutualités, elles ont obtenu la garantie que les économies à réaliser ne touchent pas les patients et que les accords tarifaires à conclure d’ici la fin de l’année n’affectent ni l’accessibilité financière, ni la qualité des soins. 

« Après 1,3 milliard d’économies nettes imposées aux soins de santé au cours des 3 derniers exercices budgétaires – dont 3 sauts d’index sur les honoraires - tout le monde s’est dit que cela pourrait être pire et le pragmatisme l’a emporté » relève Michel Jadot, Président de Solidaris. « Le cadre budgétaire imposé par le Gouvernement n’offre pas de marge de manœuvre pour répondre de manière significative aux besoins non-rencontrés, en soins dentaires ou en santé mentale par exemple ». Solidaris appelle dès lors le Gouvernement à respecter strictement la proposition de budget du Comité de l’assurance qui répartit de manière concertée les économies supplémentaires tout en préservant les patients.
 
Le Comité de l’assurance de ce lundi a approuvé un avis sur le budget de l’assurance maladie 2018. Ce projet fixe le budget de l’assurance maladie obligatoire à 25.449,6 millions € en 2018, correspondant à la norme de croissance d’1,5%. A politique inchangée, pour 2018, il faudrait prévoir une économie de 161,5 millions € pour respecter cette même norme. Le « blocage structurel » décidé par le Gouvernement pour 2018 impose une économie supplémentaire de 76,3 millions €, ce qui porte l’effort total à 237,9 millions €.
 
L’essentiel de l’effort est réalisé sur les dépenses pharmaceutiques, avec une économie de 187,8 millions € « mais ce montant doit être mis en regard des 325 millions € de dépassements budgétaires cumulés au cours des 3 derniers exercices qui n’ont pas été remboursés par l’industrie pharmaceutique et ont donc été payés par la collectivité » relève Michel Jadot.
 
Le solde de 50 millions € est réparti entre les autres secteurs de l’assurance maladie. Il est prévu que le Pacte conclu entre l’industrie des implants et la Ministre des Affaires sociales génère une économie de 8 millions €. Quant aux médecins, ils s’étaient déjà engagés fin 2016 à réaliser une économie de 29.862 millions € pour compenser des revalorisations d’honoraires au sein de leur budget. 
 
Le solde de 12,2 millions € est réparti de manière linéaire sur l’ensemble des secteur (à l’exception du secteur pharmaceutique et des implants).
« Il est vrai que les efforts d’économies demandés à la plupart des secteurs en 2018 sont relativement limités au regard des centaines de millions € d’économies imposées aux soins de santé ces dernières années. Par ailleurs, la Ministre s’est engagée à préserver l’indexation des honoraires », souligne Michel Jadot.
 
« Mais si le pragmatisme l’a emporté, cela reste un budget d’austérité ! Il n’y a pas de marge de manœuvre pour répondre de manière significative aux besoins non-rencontrés – en soins dentaires ou en santé mentale par exemple - alors que nous observons par ailleurs une augmentation inquiétante des suppléments d’honoraires sur le terrain » conclut-il.

Plus d'infos