Notre contact center est actuellement saturé d’appels. Par conséquent, le temps d’attente peut être plus long qu’habituellement.
Nous nous excusons pour ce désagrément. Une réponse à de nombreuses questions est disponible ici. Merci pour votre compréhension.

Centre, Charleroi et Soignies

Choix de région

« Suivi des soins chez les malades chroniques durant la crise sanitaire »

Durant la période de confinement, entre le 14 mars et le 3 mai 2020, la directive a été donnée aux hôpitaux et aux prestataires de soins ambulatoires d’annuler ou de postposer les consultations, examens et interventions non-urgents ou non essentiels afin d’éviter un encombrement des infrastructures de soins ainsi qu’une surcharge au niveau des prestataires de soins et de limiter les risques de propagation du virus. 

Les retours de terrain, ainsi que les résultats issus de différentes enquêtes qualitatives menées auprès de la population belge depuis le début de la crise sanitaire, montrent que l’épidémie a eu un impact important sur l’accès au système de soins de santé. Selon l’enquête de Sciensano1 réalisée début avril, les taux d’annulation des rendez-vous prévus variaient entre 25 et 90% selon les professionnels de la santé. 

Il est alarmant de constater, par exemple, que 65% des personnes qui devaient passer un traitement médico-technique ont dû l’annuler et que 60% des répondants n’ont pas pu continuer leur suivi psychologique. L’accès aux services d’aide à domicile a aussi été mis à mal par l’épidémie : 50% des participants n’ont plus eu d’aide familiale ou des soins et 28% n’ont plus reçu de services d’une infirmière à domicile. La 4ème vague de l’enquête réalisée par l’Université d’Anvers2 réalisée à la même période montrait également que 23% des répondants avouaient un problème de santé mais avaient préféré reporter leur rendez-vous en raison de la crise sanitaire et 52% des personnes déclaraient ne pas pouvoir consulter leur médecin, physiothérapeute ou dentiste pour leur problème de santé. De même, selon l’enquête menée par l’Université catholique de Louvain3 , une personne sur deux affirmait avoir renoncé à des soins de spécialistes prévus avant la crise. Les résultats de ces différentes enquêtes concernent surtout le report/non suivi de soins mesuré au sein de la population générale et tous types de soins confondus jusqu’à présent.

A côté de ces enquêtes, Solidaris a récemment réalisé une première étude4 sur base de données quantitatives pour mesurer l’évolution des contacts avec la médecine générale suite au confinement. Concrètement, nous avons mesuré les contacts 6 semaines avant et 6 semaines après le début du confinement. Nos résultats montrent, entre autres, que : - La crise a impacté de manière significative le recours normal à la 1ère ligne de soins mais la diminution de contacts avec le médecin généraliste a pu être limitée grâce aux téléconsultations (-26% au lieu de -62%). - Les malades chroniques5 ont réduit les contacts avec le médecin généraliste de 18%. - La crise a surtout touché les patients déjà fragilisés socio-économiquement au sein desquels la baisse de contacts avec le médecin généraliste était de 32%. Au vu de ces constats, Solidaris a souhaité approfondir les analyses et creuser ces différents aspects de la question du suivi des soins via une enquête dédiée spécifiquement aux malades chroniques pour les interroger sur leur vécu et leur situation suite à la crise, en s’intéressant à leurs soins de manière globale (aussi bien les consultations médicales avec les généralistes et les spécialistes, que les prestations et actes techniques) dans le cadre de leur maladie chronique. A noter que dans le rapport, nous utiliserons le terme « consultations » pour tout ce qui concerne les rendez-vous prévus avec un médecin généraliste ou spécialiste et le terme « prestations » pour les rendez-vous prévus avec d’autres professionnels de la santé. Nous parlerons de « consultations et autres prestations » lorsque nous parlons des « prestataires de soins » d’une manière générale (soit les médecins généralistes et spécialistes ainsi que les autres professionnels de la santé).​