Brabant Wallon

Choix de région

Une pétition pour protéger notre sécurité sociale !

En août dernier, Solidaris, la FGTB et Santhéa (la coupole francophone des établissements de soins) ont lancé une pétition en ligne, invitant les Belges à voter pour que la Sécurité sociale belge, «référence mondiale de construction solidaire», soit reconnue «patrimoine mondial de l’UNESCO». Une idée pas si farfelue que ça...​


Voilà une initiative pour le moins originale. Solidaris, la FGTB et Santhéa (la coupole francophone des établissements de soins) ont en effet décidé de lancer une pétition en ligne (accessible sur www.prenonssoinsdenous.be), invitant les Belges à voter pour que la Sécurité sociale belge, «référence mondiale de construction solidaire», soit reconnue «patrimoine mondial de l’UNESCO».

«En soutenant massivement sa candidature au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO, nous souhaitons que lui soit enfin accordées la lumière et l’importance qu’elle mérite», explique Kevin Mauconduit, chargée de projets chez Solidaris. «On souhaite également la replacer au centre de nos préoccupations et des débats politiques actuels et à venir, tout en lui permettant de poursuivre son entreprise visant à rendre notre monde plus juste et plus égalitaire.»

Pour atteindre leur objectif, Solidaris, la FGTB et Santhéa ne visent rien moins que le patrimoine mondial de l’humanité. Un peu à l’image ce qu’il s’est passé en Allemagne où l’on est parvenu à faire inscrire les coopératives au patrimoine mondial.

Remise en question

Afin de démontrer un soutien populaire au projet, une pétition est lancée sur le site internet www.prenonssoindenous.be​. Solidaris estime en effet que «la Sécurité sociale est menacée par certains dirigeants qui voudraient substituer ce modèle basé sur la solidarité au profit d’assurances privées». Selon la mutualité, «elle est aussi remise en question par une société de plus en plus digitale, synonyme d’autres organisations du travail et de nouvelles formes de précarisation».

«Pour que vive aujourd’hui et demain la solidarité, nous souhaitons la voir reconnue par l’UNESCO comme patrimoine mondial de l’humanité. En tant qu’exemple remarquable et singulier d’une manifestation collective et solidaire, nous estimons qu’elle présente un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité», ajoute Kevin Mauconduit.

Pourquoi cette mobilisation? Parce que la Sécurité sociale est, d’après la mutualité, «le patrimoine de tout un peuple, et un héritage à transmettre dont nous sommes tous les responsables». «Fondée en 1944, la Sécurité sociale est désormais une pierre angulaire de l’équilibre de notre société moderne. Fondatrice du vivre ensemble, elle représente un patrimoine fondamental du peuple belge, en lui garantissant l’égalité de tous et de toutes face à la maladie, à la vieillesse, à la vie de famille, aux accidents du quotidien…»

Fonctionnement solidaire

«Son modèle de fonctionnement solidaire qui veut que chacun cotise selon ses moyens et reçoive selon ses besoins est aujourd’hui le seul à garantir l’égalité entre les bien portants et les malades, les plus jeunes et les plus vieux, les plus pauvres et les plus riches», poursuit le chargé de projets.

En cela et en tant que socle de notre société, la Sécurité sociale doit être, d’après Solidaris, préservée et considérée comme un patrimoine inestimable et représentatif de ce que l’humanité a su bâtir de plus beau. Au même titre que la planète est porteuse d’un patrimoine écologique dont l’équilibre est aujourd’hui plus que menacé, la Sécurité sociale, représente un patrimoine social inédit porteur de valeurs solidaires propres à améliorer le vivre-ensemble et est elle aussi, un héritage menacé.

Pourquoi s’adresser à l’UNESCO? «Le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir», explique l’UNESCO. Pour rappel, l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture a adopté la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en 2003. Son but? Mettre en valeur, aider et préserver des éléments de la culture humaine au sens large, qui sont considérés par les peuples comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Bien des éléments culturels, riches de traditions parfois très anciennes pourraient aujourd’hui disparaître, du fait notamment de la marche forcée de la mondialisation.

À l’heure des politiques d’austérité qui sont aussi destructrices pour la Sécurité sociale que peut l’être l’implantation d’une usine de production de sel dans un sanctuaire de baleines, cette reconnaissance apparaît à Solidaris, la FGTB et Santhéa comme fondamentale.

À l’heure où nous mettons sous presse, plus de 10.800  personnes avaient déjà signé la pétition sur www.prenonssoinsdenous.be. La candidature sera déposée auprès de l’UNESCO début 2010.

Laurence BRIQUET – Sud Presse – 03/11/2018

Quelles menaces  sur la Sécurité sociale?

Pour Solidaris, les menaces sur la Sécurité sociale sont nombreuses. La première concerne plus d’austérité. «Pour faire face aux diverses «crises économiques», les gouvernements successifs ont mis en place à des degrés divers des politiques d’austérité attaquant directement la Sécu et son mode de financement. L’État, cherchant à faire des économies va piocher dans un bien commun qui appartient à tous», explique-t-on du côté de la mutualité. On va également vers plus de compétitivité. «Aujourd’hui la plupart des gouvernements européens sont favorables à la diminution des cotisations patronales, un des principaux canaux de financement de la Sécu. Quitte à oublier que ces prétendues «charges sociales» sont avant tout un salaire brut qu’il faudrait donc réduire pour rendre les entreprises plus compétitives…»

D’après Solidaris, on va également vers davantage de privatisations. «Sous couvert de la légende d’une économie néolibérale qui verrait les marchés s’autoréguler par l’introduction de la concurrence, l’État social perd de son importance au profit d’une volonté grandissante de redistribuer les responsabilités de la Sécurité sociale à des groupes d’assurance privées, et par définition: pas accessible à tous.»

Solidaris entend se battre pour «un avenir commun plus juste et plus solidaire. Avec cette démarche, nous souhaitons également pouvoir mener une réflexion sur la Sécurité sociale moderne, adaptée aux nouvelles exigences de notre monde et nous donner l’opportunité de voir cette Sécurité sociale nouvelle prendre son envol».