Brabant Wallon

Choix de région

Dosez-moi ça : anti-inflammatoires ? Contre l’inflammation !

Contre quels symptômes les anti-inflammatoires sont-ils surtout utiles ?

Contre l’inflammation, comme leur nom le dit clairement !

Cela semble évident, pourtant les anti-inflammatoires sont très souvent et trop vite utilisés pour lutter contre la douleur.

 ​​

« A.I.N.S. » pour les intimes

Leur nom complet, c’est « Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens », « A.I.N.S. » en abrégé.

« Non stéroïdiens », cela veut dire qu’ils ne contiennent pas de cortisone, contrairement à d’autres anti-inflammatoires.

Certains doivent être pris par la bouche (« voie orale ») et d’autres sont à étendre sur la peau au-dessus de l’endroit enflammé (« usage local »).

Beaucoup d’anti-inflammatoires non stéroïdiens par voie orale doivent être prescrits par un médecin mais certains sont en vente libre, notamment ceux à base d’ibuprofène (ex : Ibuprofen EG®, Nurofen®, Bruffen®, Spidifen®,…). 

Pas le premier choix contre la douleur

Si les anti-inflammatoires agissent aussi contre la douleur, ils ne doivent pas être le premier choix contre ce symptôme. Il vaut mieux d’abord essayer de soulager la douleur avec du paracétamol qui a, la plupart du temps, moins d’effets secondaires.

Surtout en cas de simples douleurs sans inflammation, comme un mal de tête ou de dents, un bleu ou des règles douloureuses.

Et même pour un mal de dos ou de genoux, un claquage musculaire ou une entorse, on peut commencer avec du paracétamol qui sera souvent efficace.

On l’oublie parfois mais le paracétamol peut aussi avoir des effets secondaires ! Comme pour n’importe quel médicament, il faut l’utiliser « seulement quand il faut et toujours comme il faut » !

Attention à l’estomac !

Les anti-inflammatoires ont de nombreux effets indésirables. Ils peuvent même parfois être graves : ulcères, hémorragies du tube digestif ou encore l’augmentation du risque de maladies du coeur et des vaisseaux sanguins. C’est vrai pour tout le monde mais encore plus pour les personnes âgées.

Il ne faut donc en prendre que quand c’est vraiment nécessaire.

Il n’y a pas que les médicaments…

En cas de douleurs, avec ou sans inflammation, il y a souvent autre chose à faire que seulement prendre des médicaments.

Il faut surtout chercher la cause de la douleur. Essayer de comprendre pourquoi on a mal. Et puis faire ce qu’il faut pour que cela change.

Exemples :

  • Mal dans le bas du dos ?

- Si vous êtes souvent assis, essayez d’améliorer votre position. Levez-vous régulièrement et bougez un peu…

- Si vous devez porter de lourdes charges, apprenez à mieux utiliser votre dos, en évitant de le « casser »


  • Mal de dents ?

​- Allez voir votre dentiste !

  • Mal de tête ?

​- Portez-vous des lunettes ? Sont-elles bien adaptées ?

Etes-vous stressé ? Avez-vous déjà essayé la relaxation ?

- …


Pour bien prendre des médicaments sans l’avis du médecin

Apprendre à utiliser soi-même les médicaments en vente libre, ça peut être une bonne idée.

Mais en vente libre ou sur prescription, un médicament reste un médicament, avec des effets secondaires possibles et des contre-indications !

Pour une automédication intelligente, suivez toujours les conseils suivants :

​1. Prenez un médicament « seulement quand il faut et toujours comme il faut »

2. Gardez la notice dans la boîte et lisez-la

3. Ne dépassez pas les doses maximum

4. Ne prenez pas un médicament trop longtemps sans consulter

5. Consultez votre médecin au moindre doute

6. Dialoguez avec votre médecin et votre pharmacien pour vous soigner de mieux en mieux


Solidaris a créé le Pharmakit pour vous aider à gérer vos médicaments à la maison.