Brabant Wallon

Choix de région

Solidaris plaide pour un système de sécurité sociale fort pour lutter contre les inégalités de santé

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la pauvreté qui a lieu ce 17 octobre, Solidaris appelle le futur Gouvernement fédéral ainsi que tous les autres niveaux de pouvoir à élaborer un plan stratégique pour réduire les inégalités sociales de santé de moitié d’ici 2030.

Aujourd’hui, il y a urgence ! Un Belge sur 5 est en situation de risque de pauvreté ou d’exclusion sociale selon la dernière Enquête européenne sur les revenus et les conditions de vie (EU-SILC - 2018) et 16,4% de la population en situation de risque de pauvreté monétaire, soit dont le revenu total disponible du ménage est inférieur à 1.187 € par mois pour une personne isolée. C’est le taux de pauvreté monétaire le plus élevé jamais observé dans notre pays depuis le lancement de cette enquête il y a 15 ans.

Cette progression de la pauvreté et des inégalités sociales a des répercussions importantes sur les conditions de vie, le bien-être et la santé des populations concernées comme en atteste la vaste étude réalisée par Solidaris sur base d’une analyse quantitative portant sur quelque 3 millions de belges. Les résultats montrent que tous les indicateurs de santé sont au « rouge », les inégalités se retrouvant à plusieurs niveaux et tout au long de l’échelle sociale :

  • ​Ainsi, le taux de mortalité avant l’âge symbolique de la pension est 2 fois plus élevé parmi les personnes issues des milieux les plus précaires comparativement aux milieux les plus aisés ;
  • Plus on descend dans l’échelle sociale, plus l’état de santé se dégrade, plus on est confronté à des maladies graves, chroniques et invalidantes. Par exemple, il y a 3 fois plus de personnes en situation de handicap et 2 fois plus de personnes souffrant de diabète parmi les populations précarisées par rapport aux plus riches ;
  • Le recours aux soins préventifs est aussi très marqué par le clivage social ;
  • La conséquence est une consommation de soins de santé nettement plus élevée par la suite avec 1,4 fois plus de personnes hospitalisées et pour des durées 1,3 fois plus longues parmi les personnes issues des milieux précarisés ;

Ces inégalités sociales de santé ne cessent de s’aggraver comme en témoignent les chiffres en la matière. Ainsi, le dernier Baromètre Confiance et Bien-être de Solidaris montre ainsi que l’indice de bien-être et de confiance, résultant d’une batterie de plus de 200 questions et dont le premier critère est la santé, a ainsi diminué pour les 10% des belges (francophones) les plus précarisés (passant de 17,2% à 15,7%) entre 2015 et 2017 alors que ce même indice a augmenté parmi les 10% les plus aisés (et est passé de 85,4% à 86,7%). En outre, la dernière enquête de santé  montre que la qualité de vie liée à la santé s’est détériorée entre 2013 et 2018, cette détérioration s’expliquant principalement par la hausse significative des problèmes d’anxiété et de dépression qui sont aussi très marqués par un clivage social.

Or, la santé est une condition nécessaire à l’émancipation de l’individu, à sa participation pleine et entière à la société en tant que citoyen, c’est pourquoi le droit à la santé est un droit de l’Homme internationalement reconnu.

Solidaris propose donc deux axes complémentaires pour s’attaquer résolument à la pauvreté et aux inégalités sociales de santé.

Axe 1

Promouvoir un système de sécurité sociale fort pour que la maladie ne débouche pas sur la pauvreté via :

  • ​Un refinancement de la sécurité sociale en prévoyant un financement alternatif stable et suffisant faisant participer d’autres revenus que ceux du travail ;
  • Le relèvement des indemnités minimales d’incapacité de travail et d’invalidité jusqu’à 10% au-dessus du seuil de pauvreté dès le premier jour d’incapacité (l’indemnité étant égale à 60% du dernier salaire) et une indemnité inférieure au seuil de pauvreté pour de nombreux travailleurs avec de faibles revenus ;
  • La suppression du statut de cohabitants afin d'augmenter les revenus de remplacement de nombreux ménages et en particulier de nombreuses femmes ;

Axe 2 

Un plan stratégique interfédéral pour réduire les inégalités sociales de santé de moitié d’ici 2030 avec des objectifs clairs, ciblés et mesurables. Parmi les mesures prioritaires de ce plan, Solidaris propose

  • ​le remboursement intégral des soins de base en première ligne les consultations du médecin généraliste, les soins dentaires de base (soins préventifs, consultations, extractions,…) et les huit premières séances du psychologue de première ligne ;
  • la généralisation du tiers-payant à tous les soins les soins pour les BIM et les malades chroniques;
  • le renforcement des politiques de prévention et de promotion de la santé envers les populations les plus précarisées et les plus jeunes ;

« La santé est une ressource essentielle pour la société. La réduction des inégalités sociales de santé est une question de justice sociale et doit devenir un objectif prioritaire transcendant tous les domaines d’action politique dans une approche holistique de la santé », conclut Jean-Pascal Labille, Secrétaire général de Solidaris.

Toutes les recommandations de Solidaris dans la synthèse de l'étude et dans l'étude complète sur les inégalités sociales dans le domaine de la santé.