Brabant Wallon

Choix de région

​Et si on produisait plus de solidarité ?

Les 25 et 26 août prochain, Solidaris vous donne rendez-vous pour Les Solidarités, l’événement festif de votre été. De musique, il en sera question mais pas que. Les Solidarités, c’est aussi une journée de débat, le 24 août, sur «Comment concrètement produire plus et mieux de solidarité?».


Après une 5ème édition de tous les records, Les Solidarités reviennent les 25 & 26 août dans le cadre enchanteur de la Citadelle de Namur. Pour la 6ème année consécutive, la Citadelle de Namur se verra habillée des couleurs de centaines de moulins tournant au rythme de l’enthousiasme des festivaliers venus vivre l’expérience unique des Solidarités.

Aux Solidarités, priorité est faite au mélange des couleurs, des gens, des cultures afin d’initier le mouvement qui amorcera le changement nécessaire vers une société plus juste et solidaire. Ces valeurs semblent être partagées par un public de plus en plus largement conquis puisque l’événement est désormais le deuxième festival le plus fréquenté en Belgique francophone. Mais comme il ne sera pas que question de musique, Solidaris annonce aussi l’Agora des Solidarités, le vendredi 24 août, un troisième jour de Solidarités finalement. «Ce sera un véritable moment de rassemblement des actrices et acteurs de la société civile, depuis toujours au cœur des Solidarités: associations, ONG, syndicat, mutualité», explique Fanny Dubois, conseillère Solidaris et coordinatrice de lAgora des Solidarités.

Quatre grands débats

Au travers de quatre grands débats abordant chacun des thèmes aussi fondamentaux que la justice migratoire, l’égalité femmes-hommes, la redistribution des richesses et l’alimentation locale, saine et durable, cette journée tentera d’apporter des réponses à la question fil rouge de l’Agora des Solidarités: «Comment concrètement produire plus et mieux de solidarité?».

Vingt-sept mouvements et associations construiront ensemble cette première édition. La journée est ouverte à tous et l’entrée libre. Des navettes de bus seront organisées depuis la gare de Namur. 

Laurence BRIQUET – Sud Presse – 04/08/2018

 

Débat avec les partis progressistes

Les portes du site s’ouvrent à 11h, le premier débat commence à 13h. Parmi les thèmes abordés, la redistribution des richesses, une manière de réfléchir ensemble à ce que doivent être les propositions de la gauche (dans toutes ses composantes) pour construire une société où les services publics, la sécurité sociale, la solidarité au sens large ne soient plus des «charges» mais bien des promesses d’un avenir en commun.

Dès 16h45, les représentants des trois partis progressistes (PS, PTB et Ecolo) seront confrontés aux revendications des citoyens et débattront avec des membres de la société civile.

L’égalité femmes-hommes sera également abordée, notamment dans le cadre du monde du travail (comment favoriser l’égalité salariale entre les femmes et les hommes?) et de la sphère privée (quels droits les parents peuvent-ils revendiquer notamment en terme de congés parentaux?).

La migration, une opportunité

Ajoutons également un débat sur la justice migratoire à travers les migrations qui occupent le débat public quotidiennement. «La justice migratoire vise donc à inverser les théories trop vite scandées par nos responsables politiques à propos de la menace que constituerait la migration. Au contraire, nous la voyons comme une opportunité, à la fois économique, sociale et culturelle», ajoute Fanny Dubois. Sans oublier la démocratie au service de notre assiette.

Le système agroalimentaire actuel se caractérise par une mondialisation toujours plus importante des chaînes d’approvisionnement et une concentration du pouvoir aux mains de quelques géants de l’agro-industrie et de la grande distribution.

Ateliers d’expression

Ce modèle anti-démocratique s’accompagne de nombreux impacts négatifs sur l’environnement (changement climatique, destruction de la biodiversité, pollution des eaux et des sols...), sur la santé (scandales sanitaires à répétition, obésité, maladies cardio-vasculaires...) et sur les conditions sociales (baisse des prix et étranglement des petits/petites producteurs/productrices, accaparement des terres, conditions de travail précaires…). Si le sujet vous intéresse, rendez-vous le vendredi 24 août, de 13h à 17h pour participer à divers ateliers d’expression pour reprendre le contrôle de notre assiette, le tout dans une ambiance décontractée et conviviale.